Les nichoirs : des principes importants

En ville et à la campagne, les sites de nidification (cavités dans les arbres, trous et fentes dans les édifices ou dans les vieux murets, buissons épais…) utilisables par les oiseaux deviennent rares, limitant ainsi la reproduction de nombreuses espèces comme les mésanges, les sittelles, les grimpereaux, les troglodytes, les rougequeues, les rougegorges, les martinets ou les hirondelles. Pour les aider,  vous pouvez installer des nichoirs dans votre jardins ou sur votre maison.
Dans cet article, nous rappelons quelques conseils importants pour l’entretien (nettoyage, vérification des attaches…) et la pose (construction, dimensions du trou d’envol, orientation, emplacement…) d’un nichoir, nous présentons les modèles les plus fréquents et proposons les plans simplifiés de nichoirs « boîte aux lettres », « balcon » et « semi-ouvert ». Nous vous donnons aussi la possibilité de construire deux abris-nichoirs pour écureuils imaginés par Patrick Lam.

Des principes importants

Pour en savoir plus sur les principes importants concernant la pose et  l’entretien d’un nichoir, lire notre article Installer un nichoir : les dix commandements à respecter.
Il est important que les nichoirs soient propres au début de période de nidification. Bien entendu, il ne faut pas les nettoyer durant la ponte ou d’élevage des jeunes : attendez donc l’automne (entre le 15 septembre et le 15 octobre) pour retirer les matériaux et les déjections. Vous pouvez même le désinfecter avec des essences naturelles (par exemple de l’essence de thym) ou avec une substance chlorée diluée.
Il est intéressant de poser votre nichoir dès l’automne, il sera ainsi repéré rapidement et il pourra server de refuge hivernal pour les oiseaux sédentaires.
Le bois est le meilleur matériau pour construire un nichoir : en effet, le métal et le plastique peuvent provoquer une surchauffe ou favoriser la condensation interne.
La couleur des parois sera neutre et le bois sera de préférence naturellement résistant à l’humidité (mélèze, épicéa, pin, cèdre, chêne…). Sinon, vous pouvez enduire l’extérieur (pas l’intérieur) d’une lasure ou d’une peinture résistante et écologique, et ceci plusieurs semaines avant la pose afin que l’odeur ait entièrement disparu. N’utilisez pas de substances chimiques nocives.
L’épaisseur des planches doit être d’au moins 15 mm pour assurer une isolation suffisante.
Il est préférable de clouer (avec des clous en acier galvanisé ou inoxydable pour prévenir la rouille) les planches plutôt que de les coller car cela permet le drainage de l’eau et une ventilation minimum.
Le nichoir doit être bien fixé : vissez une planche de bois sur son dos et fixez ce dernier au tronc ou sur un autre support avec une corde de nylon, un fil gainé électrique ou du fil galvanisé. Vous pouvez enfoncer un coin en bois entre le tronc et la corde pour renforcer le serrage. Chaque année, vérifiez bien le système de fixation. Pour les bâtiments, clouez de préférence le nichoir sur une poutre ou un pilier.

Les différents types de nichoirs

Schéma 1- Quelques conseils pour la pose d’un nichoir et différents types de nichoirs : (a) le nichoir doit être bien fixé pour éviter tout accident, et le pencher légèrement est préférable, (b) le nichoir à balcon est idéal pour les mésanges, (c) le nichoir de type « boîte aux lettres » est utilisable par de nombreux oiseaux, (d) le nichoir semi-ouvert est parfait pour le Rougegorge familier, les rougequeues et les gobemouches, (e) un simple pot peut constituer un excellent abri et (f)  un nichoir avec une fente est bien adapté aux grimpereaux.
Schéma : Ornithomedia.com

L’exposition est importante : le nichoir ne doit jamais être en plein soleil ou dans l’ombre complète. Le trou d’envol (là ou les jeunes et les adultes entrent et sortent du nid) doit être orienté à l’opposé des vents dominants (en cas de pluie). Une orientation Est-Sud-Est est préférable.
Si possible, penchez légèrement le nichoir vers l’avant. N’oubliez pas de percer un petit orifice dans le fond pour évacuer les liquides. Afin d’éviter l’accumulation de liquides, Patrick de Harenne suggère d’autre part que le fond soit légèrement plus petit que les dimensions intérieures du nichoir.
Installez le nichoir dans un endroit calme, qui vous permettra de l’observer sans déranger ses occupants. Vous pouvez aussi installer une petite caméra couleur.
Il faut vérifier qu’aucune branche horizontale ne se trouve à proximité du trou d’envol afin que les chats ou les mustélidés ne puissent s’en servir pour y accéder. Il est conseillé de fixer une plaque de métal ou du fil de fer barbelé plus bas autour du tronc pour empêcher ces  prédateurs d’atteindre le nichoir. Une rondelle de métal placée autour de l’ouverture empêchera pics et rongeurs d’agrandir le trou d’envol pour détruire la couvée ou s’installer.

Plusieurs types de nichoirs

  • Les nichoirs type « boîte aux lettres » : ce type de nichoir est destiné particulièrement aux mésanges, aux moineaux et aux Sittelles torchepot (Sitta europaea). Selon les espèces que vous voulez attirer, vous pouvez choisir le diamètre du trou d’envol : un trou de 25 à 30 mm de diamètre est plutôt adapté aux Mésanges bleues (Cyanistes caeruleus) ou nonnettes (Poecile palustris), un trou de 28 à 32 mm de diamètre favorisera la Mésange charbonnière (Parus major) et le Moineau friquet (Passer montanus), tandis que le Moineau domestique (Passer domesticus) a besoin d’un entrée de 32 mm de diamètre au moins.
  • Les nichoirs types « à balcon » : : ils offrent une bonne protection de la nichée vis à vis des intempéries et des prédateurs. Ces nichoirs sont parfaits pour de petites oiseaux comme les mésanges ou les moineaux. Les diamètres des trous d’envol seront les mêmes que pour les nichoirs du type « boîte à lettres ».
  • Les nichoirs « semi-ouverts » : l’ouverture plus grande de ce type de nichoir attire d’autres oiseaux comme le Rougegorge familier (Erithacus rubecula), le Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes), les Rougequeues noir (Phoenicurus ochruros) et à front blanc (P. phoenicurus), le Gobemouche gris (Muscicapa striata) ou les bergeronnettes. La hauteur d’installation optimale du nichoir varie selon la biologie des espèces : pour le Rougegorge familier (Erithacus rubecula) et le Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes), qui nichent dans les buissons, installez-le à moins de deux mètres du sol, tandis que pour le Gobemouche gris, qui niche dans les arbres, posez-le à une hauteur comprise entre deux et quatre mètres du sol (dissimulez-le avec un peu de végétation si possible, sans gêner l’entrée).
  • Dimensions d'un nichoir à hirondelle et à balcon

    Schéma 2- Plans et dimensions (mm) de deux types de nichoirs : (a) un nichoir pour hirondelles (plusieurs cellules peuvent se répéter côte à côte) et (b) un nichoir à balcon.
    Schéma : Ornithomedia.com

    Les nichoirs « pot » : un pot de terre cuite d’un diamètre de 15 cm environ peut constituer un excellent nichoir, pour les mésanges à condition que le trou soit agrandi et de forme régulière. Il faut veiller à bien fixer le pot et à couvrir l’ouverture principale (à l’arrière).

  • Nichoirs pour hirondelles ou martinets : ces oiseaux ayant de petites pattes et de longues ailes, la forme des nichoirs doit être adaptée : une simple cellule recouverte de grillage fin constituera une bonne ossature pour une hirondelle (lire Favoriser l’Hirondelle de fenêtre dans la ville : l’exemple de Gembloux), tandis qu’un martinet préférera une boîte profonde avec un trou d’envol en dessous. Il existe pour ces deux espèces des nids vendus dans le commerce. Comme il s’agit d’oiseaux nichant en colonies, il est recommandé d’en installer plusieurs pour favoriser la nidification (voir schéma 2). Des sons peuvent attirer les martinets et les installer à nicher (lire Un CD pour attirer des martinets).
  • Nichoir pour les grimpereaux (Certhia  sp.) : ces passereaux sont connus pour leur habitude d’inspecter les écorces des arbres pour trouver des insectes et à nicher sous celles-ci ou dans des fentes. Leur nid devra donc avoir une ouverture en forme de rectangle, 24 x 60 mm par exemple (voir le schéma 1).
  • Nichoir pour rapaces : pour ces espèces de taille moyenne ou grande, l’épaisseur des planches doit être d’au moins 20 mm. Bien entendu, les dimensions seront adaptées à la taille des locataires : ainsi, pour le Faucon crécerelle (Falco tinnunculus), un nichoir semi-ouvert de 500 x 400 x 420 mm est nécessaire. Dans tous les cas, le fond doit être garni d’une couche de tourbe ou de sciure d’environ 5 cm d’épaisseur.

Trois plans de nichoirs classiques pour oiseaux

Un plan simplifié de nichoir de type "boîte aux lettres"

Un plan simplifié de nichoir du type « boîte aux lettres » (cliquez sur l’image pour l’agrandir)
Schéma : Ornithomedia.com

Les nichoirs de type « boîte aux lettres », « balcon » et « semi-ouvert » sont les plus fréquemment installés car ils sont valables pour un grand nombre d’oiseaux des parcs et des jardins. En modifiant leurs dimensions, par exemple le diamètre du trou d’envol, on pourra privilégier certaines espèces. La hauteur entre le trou d’envol et le fond du nichoir devra être supérieure à 15 cm.
Le plancher devra avoir une taille minimum (10×10 cm pour les plus petites espèces comme la Mésange noire) afin que les parents aient suffisamment de place pour élever leurs petits (la surface du fond peut aussi influencer le nombre d’œufs pondus, lire notre article Nichoirs : comment influencer la taille des couvées des Mésanges bleue et charbonnière ?). Afin d’éviter l’accumulation de liquides, Patrick de Harenne suggère d’autre part que le  plancher soit légèrement plus petit que les dimensions intérieures du nichoir et qu’il soit placé environ 1 cm au-dessus de sa base.
Quelques exemples de dimensions de nichoirs des types « boîte aux lettres » et « balcon » :

  • Mésanges noire (Periparus ater), huppée (Lophophanes cristatus) et nonnette (Poecile palustris)  – Diamètre du trou d’envol (mm) : 25 à 27 – Hauteur intérieure (mm) : 170 à 200 – Plancher (mm) : 100 x 100
  • Mésange bleue (Cyanistes caeruleus)- Diamètre du trou d’envol (mm) : 27 à 28 – Hauteur intérieure (mm) : 230 mm – Plancher (mm) : 130 x 130
  • Mésange charbonnière (Parus major) et Moineau friquet (Passer montanus) – Diamètre du trou d’envol (mm) : 30 à 32 – Hauteur intérieure (mm) : 220 à 230 mm – Plancher (mm) : 140 x 140
  • Moineau domestique (Passer domesticus) – Diamètre du trou d’envol (mm) : 30 à 32 – Hauteur intérieure (mm) : 230 mm – Plancher (mm) : 140 x 140
  • Sittelle torchepot (Sitta europaea) – Diamètre du trou d’envol (mm) :  40 à 50  – Hauteur intérieure (mm) : 280 mm – Plancher (mm) : 150 x 150
  • Pic épeiche (Dendrocopos major) – Diamètre du trou d’envol (mm) :  45 à 50  – Hauteur intérieure (mm) : 250 à 280 mm – Plancher (mm) : 180 x 180
  • Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris) – Diamètre du trou d’envol (mm) :  46 à 50  – Hauteur intérieure (mm) : 250 à 280 mm – Plancher (mm) : 180 x 180.

Quelques exemples de dimensions de nichoirs « semi-ouverts » :

  • Bergeronnette grise (Motacilla alba), Rougegorge familier (Erithacus rubecula), Gobemouche gris (Muscicapa striata), Rougequeue noir (Phoenicurus phoenicurus) – Entrée (mm) : 150 x 70  – Hauteur intérieure (mm) : 170 à 200 mm – Plancher (mm) : 150 x 150
  • Choucas des tours (Coloeus monedula) – Entrée (mm) : 400 x 130  – Hauteur intérieure (mm) : 350 mm – Plancher (mm) : 400 x 400

Il est facile d’acheter des nichoirs tout prêts dans le commerce, mais vous pouvez également les fabriquer vous-même. Nous vous proposons dans ce paragraphe les plans simplifiés des trois modèles les plus répandus. Leurs dimensions (en mm) ne sont données qu’à titre d’exemple, vous pouvez les faire varier en respectant les proportions.
L’épaisseur des planches devra être suffisante (supérieure à 15 mm), 20 mm étant une valeur classique.
Les parois intérieures seront brutes et rugueuses (= non rabotées) afin que les oiseaux puissent facilement sortir du nichoir en s’aidant de leurs griffes. Si le bois est trop lisse, vous pouvez creuser de fines rainures.
Le toit sera amovible pour faciliter le nettoyage automnal : pour le fixer, vous pouvez utiliser une charnière métallique (ou d’une autre matière). Un crochet ou un morceau de fil de fer le maintiendra fermé.
Le nichoir devra être solidement fixé à son support : vous pouvez placer à l’arrière une planche qui sera attachée à l’arbre. Utilisez plutôt du fil électrique gainé qu’une attache métallique.
Il devra être installé suffisamment haut (à deux mètres du sol au minimum de préférence).

Un plan simplifié de nichoir de type "balcon"

Un plan simplifié de nichoir du type « balcon » (cliquez sur l’image pour l’agrandir)
Schéma : Ornithomedia.com

Un plan simplifié de nichoir de type "semi-ouvert"

Un plan simplifié de nichoir du type « semi-ouvert » (cliquez sur l’image pour l’agrandir)
Schéma : Ornithomedia.com

En complément : deux modèles d’abris/nichoirs pour l’Écureuil roux

Deux modèles d'abris-nichoirs pour écureuils imaginés par Patrick Lam

Deux modèles d’abris-nichoirs pour écureuils imaginés par Patrick Lam (cliquez sur l’image pour l’agrandir).
Schémas : Patrick Lam

L’Écureuil roux (Sciurus vulgaris) est strictement forestier et arboricole. Il fréquente les boisements de feuillus ou de conifères, mais aussi le bocage et les jardins. Il fréquente essentiellement la frondaison des arbres mais il est également observé au sol pour la recherche de nourriture. Il est protégé en France, mais la fragmentation de son habitat, les collisions avec les véhicules et la présence croissante d’un compétiteur venu d’Amérique du Nord, l’Écureuil gris (Sciurus carolinensis), fragilisent ses populations.
Désireux de contribuer à leur protection, Patrick Lam a créé deux modèles de nichoirs/abris en bois pour les aider à s’abriter en hiver et à nicher au printemps. Ils peuvent être installés dans les forêts, les parcs ou les jardins.

Ils ont plusieurs avantages :

  • un grand espace intérieur confortable et isolé des intempéries
  • une protection contre les prédateurs grâce à une paroi interne
  • des supports internes pour apprendre aux petits à grimper
  • un petit coin de stockage de la nourriture
  • un trou d’entrée orienté vers le bas pour empêcher la pluie d’y entrer
  • une plaque métallique extérieure qui empêche les prédateurs d’agrandir le trou d’entrée
  • une bonne ventilation.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑